Être Français(e) à New York…

no pee pee

(Grattement de gorge) Oyez oyez chers internautes. J’aimerais remettre les points sur les "i" car une rumeur circule disant que vivre à New York c’est "d’la chance" (Cf vos commentaires+twitter). NON ! Depuis l’été dernier j’essaie de vous prouver que New York c’est "Cool", que tout amoureux d’la culture urbaine est dans son univers et que la ville est plus hip hop que la plus hip hop de tes copines. Mais attention, New York c’est loin d’être la fête au village. Déjà, tu pars pas dans la Big Apple sur un coup de tête. Enfin pas plus de 3 mois. Visa oblige. Donc être Français à NY ça implique que tu aies vécu une bonne dose de galères de paperasse, d’entretiens sans fin et autres joies de l’administration Obama pour être accepté dans l’antre du cainrisme. Alors une fois ces nuits blanches et ce stress passés, tu te retrouves droppé d’un avion-charter à JFK, seul au monde face à la jungle New-yorkaise qui coûte un bras dès que tu veux te loger, te nourrir ou soigner ton indigestion due à leur bouffe infâme. Alors, New York, welcome to the good life ?

3Si tu es un petit bambi à NY, tu te fais manger direct. Y’a que des lions ici et ils ont la dalle. Alors la moindre faille, le moindre signe de faiblesse, et c’est fini pour oit. En gros, ici faut être sans arrêt sur tes gardes, réussir à t’imposer petit à petit, solidifier tes bases et garder en tête que tout peut changer en un instant. Un jour tu as. Le lendemain tu n’as plus. Bienvenu à New York, la ville où tout se fait et se défait aussi vite que l’ombre de Zorro. Nous, Frenchy, on n’est pas habitués à ça. Avec nos 35 heures, nos CDI, nos RTT et nos jours fériés, on en serait encore au stade de la réflexion pendant qu’eux, ils inspecteraient déjà les travaux finis. Donc, faut te faire au rythme, au choc des cultures, au fait que tes repères sont chamboulés et puis New York c’est aussi le royaume de l’individualisme. Tu crèves ? Bah crève loin d’moi s’te plait, moi Hamdoullah ça va donc bouge. Apprête toi à être calculé que si tu as des choses à donner en échange… Contacts, popularité, argent, temps. Sinon, les "amis" se feront rares. Du moins, chez les New-yorkais. En fait, après avoir réalisé dans quel endroit je vivais, j’me suis résignée à ne rien attendre de cette ville et de ses habitants. Comme ça, c’est toujours une bonne surprise ! Et comme t’as pu le constater dans mes chroniques, j’en ai pas mal. Après c’est clair, je parle pas trop des mauvais côtés dans ces articles, c’est un choix, mais crois-moi copain, y’en a !

Et quand tu rentres en France en coup de vent, finalement, ça fout les boules. Pressé, demandé partout, tu cours sans arrêt. french in americaTu vois tes potos une heure chacun, les écoute avec attention et arrivé à ton tour de raconter, tu sais que tu peux pas rentrer dans les détails. De un, ça prendrait trop de temps. De deux, ton quotidien New-yorkais n’est pas si pailleté qu’il y parait. Entre le no-life-style, le loyer à 4 chiffres à payer, les relations humaines biaisées, la mentalité capitaliste aigüe qui te donne la nausée, l’indifférence notoire de ses habitants à tout ce qui ne les concerne pas et l’automne qui arrive, bah New York ressemble de moins en moins à Sex And The City quoi… Et ceux que tu croises rapidement dans le quartier de ta jeunesse, bah ça donne ça : « -Alors, bien ? -Bah ça va. Et toi ? -Bien, bien t’as vu. Toujours à New York ? -Oui oui, toujours. -Putain ça tue sa race quand même, t’as d’la chance ». De toute façon c’est simple, quand tu vis à New York, tu es de ceux qui ne peuvent qu’aller bien dans l’imaginaire collectif. Si tu lâches un « Oh c’est un peu difficile quand même » tu te manges un regard explicite. La pupille gauche t’insulte, la droite t’assomme et les sourcils te disent « Comment ça c’est difficile connasse tu vis à New York ». Ah ouais excuse, j’avais zappé. Donc tu réponds ce qui se dit dans les chansons à la mode… Moi Hamdoullah ça va !

Pour surmonter le choc des cultures y’a un truc que je n’avais jamais calculé jusqu’à cette semaine. La communauté. Pourtant j’ai pas quitté la France pour retrouver des Français, mais, un moment donné, tu satures face à la mentalité cainri et tu veux voir des gens qui ont baigné dans la même culture que toi, qui connaissent "Pas de pitié pour les croissants" et Oxmo Puccino, qui sont concernés par la mort de Lévi-Strauss, la baisse du dollar, le débat sur l’identité nationale ou le clash Kool Shen/Zemour. Parler, échanger, voir, partager ce que tu vis ici avec d’autres qui finalement vivent un peu la même chose, ça semble basique, pourtant, ça n’a rien d’évident. Alors hier, j’ai franchis le pas, avec des collègues Gaulois, on est allés à un afterwork Frenchy. OMG. So cliché ! (Je me donne un peu de contenance parce que je déteste l’idée de rester confiné dans ta communauté quand tu es à l’étranger….)

FranceFinalement c’était pas si pire comme disent les Québécois. C’était supra prout prout. Costume, coupe au gel et mallette en cuir, "Mais mon ami, tu as 20 ans et tu es en stage à la BNP. Te prends pas trop au sérieux et pète un coup !" Voilà grosso modo ce que j’avais envie de leur dire. Au final, je me suis retenue, j’ai gloussé à quelques blagues lourdes et mangé du pain sans rien, parce qu’ils avaient sorti un plateau de pâté et moi j’mange pas de porc. Et même si la communauté a ce petit quelque chose de rassurant, être avec des Français en chaussures de ville pistonnés par papa PDG de Bouygues, ça sonnait faux quand même. Anyway, je suis partie, après avoir apprécié juste à point le temps passé au « Tout va bien » le resto qui hostait l’afterwork. J’y allais aussi en mission : capter quelques images dossier et ramener pour vous quelques bribes de conversations qui m’ont ramenées à l’évidence… Les Français sont pour certains, très beaufs… Moments choisis :

« Quand tu fais 50 millions de dollars, t’as pas besoin de parler anglais »
Moi en pensée :  J’ai du mal à voir comment tu peux faire autant sans parler anglais parce que c’est pas en France que tu feras « beaucoup money » pour reprendre l’expression de Lil Wayne

Le mec : « T’es déguisée en française ? »
La meuf : « Pourquoi ? »
Le mec éclate de rire « C’est une blague »
J’hésite à leur jeter des cailloux ou à partir en courant. J’adoooorrrrreee l’humour français…

« T’en penses quoi alors du PSG ces dernières années ? »
Profond, c’est profond ces conversations…

« Forcement en vivant ici, un moment, j’ai changé ! »
Ah ouais… Ok.

« Avant, j’étais attachée de presse pour sacs et chaussures »
Vive la France !

Grand moment ! Bref, en un mot, sois armé si tu viens ici plus de quelques semaines de vacances. Y’a le premier effet Kiss Kool, puis le deuxième. Au 3ème, ça te fait tout drôle. J’adore New York. Je pense que j’aime encore plus cette ville depuis que j’ai identifié ses limites. Mais être ici, c’est un choix, un effort et un plaisir. Ce n’est pas de la chance. Sur ce, je vous laisse avec La Fouine et Thierry Roland. Cheers !

La Fouine : Hamdoulah

1[Moment de joie quand j'ai découvert ce cadre dans le resto. une note encadrée envoyée par Thierry Roland. Deep!]

UPDATE : J’ai sorti "New York couleur Lila", mon premier livre ! Découvrez les aventures de Lila, une jeune Parisienne qui part vivre son rêve à New York City >> iBooks http://bit.ly/19HWEKk / Kindle http://amzn.to/1awFEBi / Google Play http://bit.ly/1emB3su / Kobo http://bit.ly/1cuTOIN

29 réflexions sur “Être Français(e) à New York…

  1. Hey, précision suite à une gentille réclamation… Je parle verlan parfois (désolé, je viens de Paris).
    Donc OIT = TOI et CAINRISME = culture américaine, dérivé de CAINRI, soit AMERICAIN en verlan.
    Si vous ne comprenez pas tout, je vous explique! :D
    Cheers!

  2. Idem pour Montréal (langue française parlée ici comme avantage non négligeable, hiver plus froid pour les désavantages).
    J’aurais pu écrire cet article, mais tu l’as fait si bien…
    ;)

  3. Dans l’inconscient collectif "Français" Nouillorque c’est… "Un jour j’irai à New York avec toi"
    Le programme? Toutes les nuits déconner… Et voir aucun film en entier, ça va d’soi
    Avoir la vie partagée, tailladée.
    Bref, un conte de fée pour Cendrillon, qui pour ses 20 ans, est la plus jolie des enfants.
    En vrai c’est plutôt Cendrillon du Ghetto de Matt Houston. "Follow me, follow me no girl"
    A travers les films, la musique, les clips vidéos.. il ne s’exporte que les bonnes vibrations, et l’osmose des gens, le mealting people: la communauté de mélange de cultures… Forcément ça nourrit le fantasme. Il faut le vivre pour avoir une réalité différente…
    Paris, capitale du romantisme, Londres cosmopolitaine, sont des destinations de rêves pour les Yankees, si seulement ils savaient…
    J’aime ton style rédactionnelle, proche de tes lecteurs… nourri de références, un peu cliché mais emprunté à Daft Punk = Human after all.
    Si jamais tu voulais tout faire pêter, retiens le conseil de ce sage poète de la rue:
    : « Hendek Tu veux une bombe faut le porte feuille qui va avec »
    Courage.

    See Ya Da Travellin’ Girl
    Va voir si le cœur de la ville bat en toi… :D

    ..:: Kyomusic …

  4. @ S. Merci! Montréal est différent, plus doux que NYC, avec des gens profondément gentils. New York n’en a plus! :-) Enjoy et vas bruncher à l’Avenue à ma santé! Cheers!

    @KyoMusic. De 1. tu as écrit le commentaire le plus long de tout mon blog. Bravo! De 2. Ca a le mérité d’être musical. Bravo! De 3. Je suis devenue aussi résistante qu’un MacBook pro! T’inquiète! :-)

    @French Blast. Putain j’ai craqué! Toi aussi? J’aime pô… Mais bon…

  5. A mon retour de N.Y.C j’avais ( et j’ai encore ) cette idée de ville idéal parce que je n’y suis resté que 2 semaines. Mais étant un gros fan de Hip-Hop et de Basket, ya aussi toute une mythologie autour de cette ville ( QueensBridge, Staten Island, Brownsville, Harlem … ) qui fait que la réalité est faussé. J’imaginais que la vie la-bas devait être mon rose, et ton article explique bien pourquoi ! Mais bon, "Nothing’s equivalent to the new york state of mind" quand même.

  6. Oui, oui! Tout ça est si vrai!
    Pour preuve l’angine que je me suis chopée la dernière fois que je suis venue, sans médecin, sans médicaments, 5 jours de folie!!!
    Heureusement on a trouvé une vieille boite d’advil qui a sauvé la fin de mon séjour :-)
    Et les français sur place (ceux que j’ai eu la chance de rencontrer) étaient soit plus beauf que les beaufs dont tu parles, soit des folles furieuses (mais là tu sais de quoi je parle). Décidément l’argent fait vraiment tourner les têtes…
    Enfin New York reste New York…. "These streets will make you feel brand new, big lights will inspire you…"

  7. Ton style mavait deja bien fait comprendre qu’il fallait qu’on se rencontre…
    MERCI MILLE MERCI DE TIRER UN TRAIT SUR CE QU’EST VRAIMENT UNE FRANCAISE A NYC MON PETIT FRERE NE PIGE RIEN DE CE QUE JE LUI EXPLIQUE!
    Je suis en break a paris(je rentre ds 10jours faut pas non plus deconner) mais nyc me manque, mais alors qu’est ce qu’il faut pas vivre!!!!!Faudra m’interviewer un jour pour ecouter les aventures de"free dans le ghetto", "free dort a la library", "free chez fat joe, une certaine amertume deception de decouvrir une réalité noir/afro americains/africains et de te dire "merde yen a aucun qui me comprend la dedans"si en plus toi t’as decidé detre arabe ou musulmane tout peut vite se transformer (oui moi par exemple on ma deja accusé de venir voler le taf des americains FUCK OUT OF HERE)….
    Jai failli ceder a l’appel de la communauté mais comme je vis a Harlem jen cotoie 2 par semaine qui osent me dire "comment ca se fait que vous parlez aussi bien le francais?????" un francais a Harlem devient vite tres bete surtout si il n’est que de passage(et ca cest tout le monde meme les ptites meufs qui se la jouent hype)..
    Mais franchement je pense que Nyc pour les francais c’est une vraie experience parce que meme avec largent j’en ai vu des choses et des gens me demander l’aide a lhebergement d’urgence!
    Ca fait un an que j’y suis et la maligniTE, pinciTUDE voire l’escroqueRIE sont devenus un way of life. TU PEUX TE SOIGNER GRATUITEMENT ET MEME PARLER A UN MEDECIN QUI TECOUTE.(et meme pleure avec toi) RECUPERER TA PRESCRIPTION POUR 0$ ET MEME AVOIR UN SNICKERS EN CADEAU (je ne peux pas donner le fillon comme ca sur internet) ou alors va dans ton ikea de bk et attend un pediatre francais avec un tshirt "bkcircus" va te draguer garde son numero precieusement.

    Y’a un Momo Market vers chez moi dc "lemme kno"

    Ps:jai un peu ecrit de la merde du tout et du nimporte quoi, mais c’est lemotion

  8. @Nyde L’imaginaire collectif fait de New York une ville AMAZING, I mean like, you know, I love it so much! Mais en vrai, c’est pas tout beau tout rose.

    @Vive l’Advil! :-)

    @Lili La Tigresse Heureusement ton coli sucré ma sauvé pour quelques semaines. Je viens de finir le dernier paquet de fraises Tagada. Je rentre bientôt so je ferai le plein! Mais ton gâteau au chocolat qui fait rêver, je l’attends! Gouter time!

    @Free AHAHA! Tu m’as fait rire!!! Plein de choses en commun dis donc! Moi je suis a BK, Harlem j’ai test mais j’aime pas. Ils vivent trop dans la nostagie du passé, et oublient le futur. Ca m’a soulé. BK j’adore mais pas Williamsburg lol, là ou tous nos confrères bobo sont. Non, un coin un peu plus soulful. Anyway, Glad to know that some COOL French peeps are around!

  9. ps: j’ai trouvé y’a "je baiserai la france jusqu’a ce qu’elle m’aime" new york c’est plutot "nyc m’a enculé mais j’arrive pas a m’en separer

    • @emil : depuis quand hamdoullah c’est ridicule ??? Respire et arrêtes de dire des choses encore plus ridicules stp

  10. Franchement j’adore ce que tu fais!! je lis toute tes chroniques et elles déchirent, mais celle la je mis attendai pas .. vla la déception!! mais c’est cool de savoir à quoi s’attendre, moi j’avais l’image magique des states je pensais comme tout le monde "the Americain dream of course!!" maintenant c’est plus clair. Nan sérieu t’arrête pas, mon rêve c’est de bouger la ba et je voyage à distance grace à toi.

  11. New York est difficile pour les New Yorkais aussi. Il faut le dire. Faut pas dire que c’est dure pour nous pauvre français ou autre…
    Mes amis de NY en bavent aussi, me le répètent souvent "i don’t have no life, it’s all about work work work". Et oui… A nyc si t’es faignant, tu peux repartir ! C’est une ville qui ne dort pas et qui fait du profits, donc pas le temps de glander.
    Un de mes meilleurs amis m’a aussi dit " NYC c’est pas pour tout le monde". Il vit la bas depuis 15 ans en temps que français, il adore.
    Moi j’adore NYC ( 1 ans ), j’ai adoré cette énergie. Les gens te laissent ta chance si tu es motivée, par contre à toi de pas la rater !
    Et les amis… Je m’en suis fait et pas des intéressés. Comme partout c’est difficile à trouver, mais à NYC ils sont plus direct je trouve, tu le sais si ils veulent te connaître ou sont intéressés, à Paris pas toujours…
    Dernier ptit point … Je trouve les gens plus individualiste à Paris qu’à NYC… Va demander à quelqu’un ton chemin à Paris… A la 3ème tentative tu as de la chance quelqu’un te réponds, malheureusement elle ne connaît pas paris… rebelote lol. A nyc j’ai trouvé les gens très aimable. J’ai parlé avec des gens de tout âge et tout horizon comme ça dans la rue parce qu’ils écoutaient mes conversations et répondaient (bah oui on parle dans la rue… forcement, c’est public :p lol )… Ici quand quelqu’un te parle dans la rue, tu le prends pour un fou. Moi serieux ça me manque assez. Et ici tu peux crever aussi on s’en fou :/ Je me suis fait agressé dans la rue PERSONNE ( et yavait du monde !) n’a bougé.
    A NYC j’ai eu un mec bourré qui me saoulé une nana lui a dit "non mais tu vois pas que tu déranges là"… Bref… J’ai à redire assez lol. Mais une chose est sûr on a tous des expériences différentes, donc je parle pour moi.
    Mais ui NYC ce n’est pas pour tout le monde, il faut la motivation… C’est beaucoup de travail, il ne faut pas partir avec en tête " je vais m’amuser "… C’est pas que ça c’est clair !

  12. @Alisha Yep comme tu dis, chaque expérience est différente. Je ne veux pas faire de généralité en fait, je parle de mon expérience et again, j’adore NYC! Je ne veux surtout pas cracher dans la soupe alors que j’y vis! Qu’on soit clair, je ne veux être nul part ailleurs right now. Et oui, tu as raison de préciser que New York est dur pour les New-yorkais aussi… Plein de potes en free lance ont perdu leur boulot depuis le crise et tout… Bref, merci pour cet avis…

  13. Superbe chronique!!! Je crois que le plus dur c’est de ne pas se retrouver entre les pures cainri NYC et les "fils à papa" bobo parisien en stage à New York.
    Un vrai problème d’identité en gros.
    Keep the good work

  14. Yo girl,
    en te lisant j’ai eu un moment de nostalgie, je nous revoie encore entrain d’avoir cette conversation… "si tu dis train c au lieu de c train, c’est pas bon les gens vont penser que t’es vulnérable…"WTF
    La phase cachée de NYC , c’est le combat perpétuel "struggle", ambiance marche ou crève, en tant que français(e) sur protégé(e), on est pas forcement préparé à la gifle (pour faire soft) New Yorkaise, mais avec du recul tu te rend compte que si t’a pu encaisser tout ça, now t’es unbreakable !!! Et puis en cas de coup de blues 7h de vol et tu manges un steack frites avec les copines ou 2h de vol et tu chill à South Beach…
    J’avoue que la phrase "ptain t’as trop de chance de vivre à Nyc" peut avoir parfois un gout amer quand elle vient de quelqu’un qui n’a jamais testé l’envers du décor, mais for real : c’est pas de la chance c’est du mérite, du travail au quotidien, ponctué de moments de magie qui ne peuvent t’arriver qu’ici. T’inquietes on va agrandir la communauté de frenchy groovy
    (un peu mais pas trop, ça râle trop les parisiens ahhhhh), histoire de garder des repères.
    Continues, fonces, you ‘re dope girl !!!
    I ll be back !!!
    Take care Pochahontas :)

  15. Je découvre ton blog et je kif bien ta plume =)
    N.Y j’ai pas encore testé mais j’imagine que ça doit être un peu marche ou crève, ça ne doit pas être tout les jours facile (un peu comme partout d’ailleurs) mais à coté de ça j’ai connu 2 gars sans faf qui galéraient pas mal en France qui se sont débrouillés pour aller tenter leur chance chez Oncle Sam (NY pour l’un, ATL pour l’autre). Aux dernières nouvelles ces gars qui survivaient a Paris ont maintenant un train de vie que les gens les ayant connu ici n’oserait même pas imaginé.
    Tout ça pour dire que malgré leur individualisme je pense que quand on a vraiment la dalle on a plus d’opportunité de réussite qu’ici.

  16. @JustBeMe Merci! Je pense créer un clan "gens cool francais à New York portant des baskets flashy" C’est en projet.
    @QLS Vive la community de Frenchy Groovy! D’ailleurs je passe un appel: Frenchy groovy, manifestez vous! Cheers Lady Caprice
    @Djeffx Le truc avec NY c’est que tout y est possible! Ca fait sa beauté, mais aussi son defaut… parce que tout le monde se déchire pour réussir. Pas facile facile… Thanks anyway!

  17. mais c’est trop frais new york serieux… une qualité de vie assez mortelle, ca craint pas du tout, les gens sont grave peace comparé a la france, bref le bonheur!
    en plus le ptit accent frenchie est bien bien apprecié ici !

    • Tu dis ca parce que tu pars et que t’as les BOULLLLEESSSS! ahah! Non mais oui NYC ça défonce. Cet article ne dit rien autre que ca. Juste ne pas se voiler la face, on vit pas dans un film ici quoi… Big up Chilly

  18. Ah ah ah ! Je n’arrive pas à m’arrêter de rire sur ton article et plus particulièrement le passage sur le French After-Work car tout simplement j’y étais.

    Je revois le parleur du PSG, les blondinets au cheveux gominés, la musique de Cloclo en boucle, l’odeur de pâté et d’œufs mimosa… Je me sens moins seule à penser que certains français stagiaires ou VIE, ne se sentent plus une fois ici !!!!

    Merci et Bravo pour ton site !

  19. Pingback: Fermé…jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre… « The Travelin' Girl

  20. Je reviens de New York là! J’ai parlé avec qq personnes et elles m’ont dit que c’est dur de vivre là-bas. Et comme disent Frank Sinatra et Alicia Keys "If I can make it here, I can make it anywhere" ça prend tout son sens. L’une des personnes m’a dit qu’il fallait avoir "le coeur dur". Je pense qu’après, tu es solide pour tout, non?
    Mais est-ce que tout étranger qui se rend dans un autre pays ne vit pas les mêmes choses. (je pense à un étranger qui vient vivre sur Paris). Pour avoir été dans les transports parisiens pdt trois ans, il n’y a pas de pitié pour les croissants non plus.
    J’aimerai vivre une experience sur le long terme à New York! Après les discussions que j’ai eu, mon experience là bas et ton article, il est clair que ça m’apparait plus comme un challenge qu’un conte de fée. J’aime bcp la ville mais ça fait un peu peur quand même. Je vais travailler pour avoir "le coeur dur" aussi et puis on verra bien!

    Merci pour tes articles, ça donne une image plus vrai de New York!

  21. Enorme quand même !!
    J’ai lue deux trois de tes articles et je pense que je ne vais pas m’arreter là !
    Tu vis toujours à NYC ??

    En tout ccas je comprend que même si on se dit d’ici " ptain la chance quoi NY " ba ça ne doit pas etre evident d’être aussi loin de sa culture de son pays et de son environnement alors chapeau bas !!!
    Je dis ça parce que j’envisage d’y aller … ms trouillarde comme je suis je me demande si j’aurais le courage ^^

    Have a awesome dayy ( comme dirait tes voisins lol ) !!

    Read from u soon :)

    PS: j’avoue qu’au debut je comprenais rien à tes mots en " verlan"…lol

  22. Meriem…je crois que c’est mon article prefere de tous les temps. C’est tellement juste tout ce que tu dis, comme si tu m’arrachais les mots de la bouche ! Un plaisir de le relire :-)

  23. Bonsoir,
    Je voudrais, sans grand diplôme, avoir des renseignements en vue de s’installer aux Etats Unis, surtout les avantages.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s