Mais après quoi courent-ils ?

La santé est au rabais à New York. Pour une fois ! Et oui, les dentistes offrent désormais leurs services à -70% sur Groupon et LivingSocial. 69$ pour une consultation, un détartrage et une radio. La classe nan ?  Bah non en fait, pas la classe. J’trouve ça vraiment bizarre d’acheter un bon pour une visite chez l’doc comme on achète une mani-pedi en promo. Habituée aux consultations à 22 euros chez le généraliste et aux check-up quasi gratuits de l’hôpital, quand j’ai débarqué à New York, j’ai déchanté. Et pour cause, ceux qui ont vu un doc aux States le savent. Et ils y ont probablement laissé plein de sous. Avoir une bonne assurance santé n’est pas une option. C’est vital ici. On m’a raconté des horreurs sur ces oncles pic’sous du stéthoscope qui t’inventent des cancers à tout va. D’ailleurs, j’me suis arrangée pour pas tomber malade. En trois ans j’ai eu trois rhumes. Et si besoin était de consulter, je le faisais pendant mes séjours en France. Tous les expat’ français font pareil. Alors voilà. J’voulais juste t’informer que désormais à New York, tu peux aller voir le doc avec un bon Groupon. Si c’est pas la preuve que ça tourne pas rond chez eux. Et si seulement y’avait que ça qui allait pas.

D’un côté, j’me dis que s’ils décident de vendre ça au rabais, c’est qu’il y a un marché pour. Et y’a sûrement pas assez de ouf pour payer le prix fort aussi. De toute façon, y’a un marché pour tout au rabais à NYC, puisque la ville est en solde 24/7. Et puis grâce à ces offres, les New-yorkais pourront enfin en profiter pour voir un médecin. Pour une fois. Parce que c’est pas souvent qu’on peut s’payer des consultations à 200$. Pour ceux qui ont une ‘mutuelle’, un pourcentage leur sera remboursé (wow lucky you !). Les autres, les pauvres, vous pouvez toujours regarder Dr. Oz ou Dr. Phil à la télé et envoyer vos questions par sms. A l’image des cigarettes qui s’achètent dans les pharmacies, le business de la santé aux États Unis c’est une grosse blague. Et c’est surtout resté un vrai mystère pour moi. L’un des trucs que je n’ai pas voulu trop tester. Trop titiller. De loin, c’est bien. Aspirine and co à Target et ça s’arrête là. Même Justin Bieber le dit qu’c’est n’importe quoi la sécu aux States. Et tout l’monde sait que la vérité sort de la bouche des enfants.

Mais pour aller plus loin, y’a pas que leur système de santé que j’comprends pas… Je suis rentrée en France depuis un mois. Et je vais y rester encore quelques temps pour des raisons indirectement en rapport avec le thème de cet article (ndlr lol). Ce retour me fait tout drôle. Déjà, il me permet d’avoir un regard critique sur New York. Avec du recul, tout paraît plus clair. Et j’dois dire que tant qu’on a le nez dedans, on réalise pas à quel point la machine en route va vite… Qu’est-ce que ça va vite. D’ailleurs ces trois années sont passées comme un éclair. Pourtant j’en ai fait des choses. Et y’en a eu des obstacles. Ohhhh que oui. Mais comme d’hab’ façon séries US, les gentils gagnent, les méchants perdent et on ne se souvient que des bons moments.

Depuis qu’je suis rentrée, j’en arrive presque à me poser la question la plus improbable du monde : Est-ce que j’ai envie d’y retourner. Et bah je sais pô. Quand je pense aux gens qui me manquent, à mon quartier que j’adore ou à l’énergie inexplicable qui s’en dégage, je dis OUI. Mais quand je pense à ces journées sans queue ni tête, à ces heures qui n’en finissent pas, à ces dépenses constantes, pour tout, tout le temps, cette impossibilité de se projeter dans l’avenir à cause de choses aussi bêtes que… j’sais pas, par exemple j’veux pas élever mes enfants là-bas. Ni être angoissée si je tombe malade. Ni courir constamment après un meilleur job, une meilleure paye, une meilleure position, en travaillant 14 heures par jour, sans foi ni loi comme tout le monde. En fait, vouloir de l’argent à tout prix, sans pouvoir en profiter pleinement, ça n’a pas d’intérêt à mes yeux. Et c’est pourtant ce qui rythme New-York. Alors faire 120 000 par an avec un statut de Vice President c’est cool. Mais être VP et ne vivre que pour son job, s’acharnant à enrichir les poches d’un patron qui s’en bat la race de ta gueule en lui donnant tout. Ton temps, ta santé, ton bien-être, ton équilibre… Les passions s’effacent, les rêves s’ennuient et les cernes se creusent. Puis tu te réveilles à 35 ans tout seul. Tu manges toujours la même bouffe à emporter au Thai d’en bas de chez toi, tu vis toujours avec des collocs, tu n’es pas parti en vacances depuis 2 ans et tu commences à perdre tes cheveux. Bah c’est triste. Beaucoup de mes potes là-bas vivent ça. Certains ont burned out en cours d’année, d’autres ont démissionné ou se sont fait remercier. Les plus raisonnables sont partis vivre ailleurs, tirant un trait sur NYC après quelques années de flirt avec la Grosse Pomme. Ou ils ont monté leur boîte. D’autres s’acharnent voyant la vie avec des œillères.

Contrats finis, jobs qui sautent, portes qui claquent, et sourires qui s’effacent, tout va vite chez les Yankees. Si vite que depuis Paris, je me rends compte que mes p’tits Américains ont oublié de vivre entre chaque année qui s’écoule. Un peu d’métro, beaucoup d’boulot, et jamais d’dodo. Oh putain New York c’est intense. Et là tout de suite, j’ai beau connaître la ville par cœur, ses hauts, ses bats et ses sous-sols, j’ai pas envie d’y aller. J’ai plus envie d’y aller. J’ai juste envie de prendre le temps. De manger de la baguette fraîche chaque jour. De voyager. De raconter des histoires. Et de dépenser ces dollars gagnés à la sueur de mes méninges, alors que j’essayais de courir aussi vite que les battements d’cœur de New York City.

Bonne année et surtout… bonne santé à tous. Surtout si vous êtes aux States !

13 réflexions sur “Mais après quoi courent-ils ?

  1. Pingback: Mais après quoi courent-ils ? | NY French Geek

  2. Hé bah dis donc…. j’adore ton blog, j’y viens quasi tous les jours pour voir si y’a pas de nouvel article !

    Ton style d’écriture est tellement poignant que rien que de lire, on dirait qu’on l’vis aussi.
    En tout cas j’me rappelle de tes 1ers articles où NY c’était le rêve absolu, limite tu voulais plus trop revenir en France. Ben là on peut dire que c’est l’article qui contraste avec tes tous premiers…
    On a beau se plaindre, nous, ici, mais j’pense que la France c’est un bon pays quand même, où il fait bon vivre, où t’as des aides financiéres très facilement.

    • Exact! Il faut du temps avant de pouvoir s’y sentir à l’aise. Au début, ça impressionne, ça fait rêver. Même la routine y est appréciable! New York, si c’était à refaire, je re-signe direct. Là, une petite pause c’est appréciable en fait, c’est tout! Mais j’ai toujours plein d’histoires à raconter! A très vite! Bonnes fêtes

  3. C’ets marrant de te lire, ca fait reflechir…
    Je suis peut etre encore en periode de flirt mais moi quand je pense a NY/Panam je vois plutot le contraire. A Panam je vois beaucoup de gens aigris, desagreables et hautains, pas tres gais, et un peu mou qui se complaisent a une vie toute tracée qui en effet est souvent plus facile…
    Je suis a Paris en vacances depuis deux semaines et je me sens angoissée, stressée, et en devient desagreable.
    Hier on m’a demandé ce qui me plaisait tant a NY par rapport a la France et je me suis vue repondre l’optimisme .
    Ca fait 4 ans que je vis a NYC et j’en ai pas marre, bien sure les etoiles dans mes yeux se sont effacées, mais j’arrive pas a me voir evoluée ailleur: Comme tu dis qd tu commence a bosser, a t’installer, tu vois tous les desavantages; la secu inexistante, le manque de vacances, le fait que tu sois toujours en coloc a pas d’age, que les relations soient passageres… Mais en meme temps les gens en veulent toujours plus, sont toujours actifs, n’ont pas peur de realiser leur reves et malgres leur galeres (parce que tout le monde y galere) persistent et sont optimistes
    Il ne faut jamais dire jamais, je pense que chacun change, ton article fait reflechir, mais moi j’y suis encore heureuse, n’est ce pas ca l’important?
    Bon courage que tu reste a Paris ou que tu reveiennes a NY, sois heureuse!

    • Aurore! Écoute je suis d’accord avec toi, ici c’est gris. New York ça brille beaucoup plus. Je pense juste que j’ai envie de prendre mon temps. Pas forcement a Paname d’ailleurs. Mais ça peut pas se faire à New York. Ca va trop vite. Et là-bas le temps c’est d’l’argent! En France c’est plus facile. Mais pour info mes potos frenchy d’nyc ne sont pas contaminés par la folie furieuse d’aller toujours plus loin à tout prix. (Quoi que… C’est ce que je voulais à la base. Finir VP en 5 ans lol) Ils savent vivre (Sauf maybe notre Corentin national lol). Mes amis en mode labels et médias n’ont pas de vie et ne pense qu’au taf 24/7. Au début ça m’impressionnait, voire j’trouvais ça bien. Genre WOW il est vachement accompli. Mais là j’les vois tellement différemment. Peu voyagé, peu de passions, rien en dehors du taf. Sniff quoi. Mais bon, continue ton flirt avec la Pomme, c’est plutôt appréciable ! New York reste la ville la plus incroyable du monde! Bonne année!

  4. En France ils ont tenté le groupon pour l’augmentation mammaire. Evidemment ca a fait scandale, quand ici c’est monnaie courante.
    Pour le retour en France, c’est sûr que ça fait bizarre. Quand j’y suis retournée un mois en septembre, ca n’a pas été difficile ( à part quelques inconnus que j’aurai bien flingué, et une crise de larmes évitée de justesse dans le métro ). Et en revenant à Los Angeles, je le sentais pas, je regrettais déjà… Je me disais:" mais quelle idiote, qu’est ce que tu fous là? Tu aurai dû prendre un appart, trouver un job ( je ne peux pas bosser aux us, et pas de solution avant encore une année ), et vivre la vie que tu aurai dû avoir normalement…"
    Ca m’a pris quelques semaines pour retrouver ma ( super ) vie ici, et me souvenir de tout ce que ça m’apporte ( je ne dis pas que j’ai de la chance, car ca voudrait dire que j’évalue ce que je vis par rapport aux autres, et je veux rester concentrée sur ce que je ressens moi ). Une amie belge m’a rassurée en me disant qu’elle subit exactement le même contrecoup quand elle rentre de Belgique, et que ça lui prend 3 ou 4 semaines pour retrouver son rythme à Lalaland. Du coup, je flippe de retourner en France en mai :/ Il faut essayer de dissocier la tête du coeur, ce qu’on veut faire de ce qu’on doit faire…

  5. Chère toi, bonne année! Et encore une fois bon retour parmi nous. Tu (re)verras que Paris n’est pas tout gris mais parfois bien fun, et que parfois on y bosse trop aussi… But hey? There’s no place like home…

  6. 1 blog post, 5 paragraphes et tu as mis les mots sur ce que beaucoup de Français (et peut-etre plus) ressentent ici.

    Je te laisse j’ai rendez-vous chez mon banquier pour negocier un prêt pour aller me faire un détartrage ;)

  7. Vraiment excellent ton article!. C’est exactement le genre de questions que je me pose en ce moment… en espérant qu’il existe quand même une façon de vivre pleinement ces deux cultures que j’adore et qui font partie de moi que je sois ici ou ailleurs :)

  8. SALUT (traduction objective de "hey"…)

    Jaimerais pouvoir ecrire un long commentaire sur mes multiples accidents dentaires a Nyc qui mont valus plusieurs passages obligatoires au Columbia Presbyterian Hospital (jai eu la chance davoir une mutuelle qui est lequivalent dun apport pour lachat dune maison a Mennecy) ou jai refuse une chiurgiurgie dentaire sous anesthesie COMPLETE (sait on jamais je prefere encore mourir avec Claude Gueant…) et que jetais dans la salle d’attente avec une version 10G de Shineyney(elle portait un manteau mi renard mi raccoon-je me devais de le preciser) et que je priais pour qu’elle ne pose pas son regard sur moi ou son doigt dans mon oeil; la fois ou jai casse mon bras en repoussant un client imbibe de Moet-jito(ex-serveuse venere), le jour ou jai du marche 1h37, de Harlem au South Bronx a 20h, sans mes Nike Boots(check Wale’s video) sous la neige, en plein mois glacial de fevrier(etudiante fauchee+metrocard et CB egaree), en passant devant des Borricuas qui ressemblaient plus des chiens loups qu’au mec du clip de "What’s Luv", tout ca pour chercher un colis fedex dans une usine AFFECTEE et (certainement) INFECTEE (de rats, tu le concois) PARCE QUE Tonisha et Tenisha (si si je vous assure mes collocs avaient presque le meme prenom) etaient trop occupees a regler des conflits d’interets(une delle vivait avec son gars, lautre avec sa copine et son enfant terrible-les 1eres collocs a Nyc sont souvent houleuses sachez le ) que douvrir la porte au coursier (la vie du ghetto) le jour ou jai vraiment travaille 16h non stop (grinding black woman with 2jobs), les mauvaises baguettes de Zabars a 3$+les croissants a lhuile a 4$+le poulet frit de Bubby’s a 27$ (faut bien se sous alimenter quand meme), les virees quasi quotidiennes downtown a Bleecker Street a fumer ma Cb (retrouvee) parce quand meme une veste a 360$ au lieu de 790$ ca reste une aubaine(consommatrice dans la tourmente), mon premier et dernier semi camp out(a 2h du mat a Harlem ie Harlem nest plus dangereux et OUI il ya des blancs) pour la Jordan XI Cool Grey(plus jamais dailleurs la folie des Concord je lai vu sur BFM avec ma maman 3 ie bis jai quand meme eu ma paire deconnez pas- sneaker addict en rehab) et je ne parle meme pas du jour ou jai perdu/on ma vole mon passeport et que jai du devenir Dominicaine (immigree clandestine)…

    En 6mois en France je ne ressemble plus au "monstre du Lochness"(surnom donne par ma famille retrouvee a mon arrivee), grace a Pierre Herme et au combo fatal poulet Braise+banane plantin+Eid jai repris mes 7kgs (je compte en reperdre 4 pardon) perdus a Gotham pour cause de surmenage, je ne fais plus de mani pedi, mon afro a rendue lame et mon tissage risque de bientot porter plainte pour atteinte a la pudeur, parfois meme je laisse les gens toucher mes cheveux comme ca parce que je suis heureuse(jai bien dit "parfois"), je ne fais plus de sport, je ne me fais plus violer par les rats, je peux appeler mes copines a des heures normales, jai le temps de lire un livre, je ne suis plus au courant de rien, je ne curse plus, mon blackberry est dans mon sac et non greffe a ma main, je regarde le journal sans peur detre brainwashed en clair je suis naze…and the list goes on and on. So when they ask me "G-i-r-r-r-l when are you coming back???" I’m probably rolling my eyes(DO NOT get it wrong Mami, a part of me still resides in Harlem!… One-two-fifth what it do!!!!?)

    Like they say in Harlem "I feel you my ni**a"…Maybe love between New York and Paris chicks really lasts 3 years… Who knows? On that tourmented and promised-not-to-be-long note I better go get ready to get bitten by Big Apple or a bedbug lol (after 3 lazy and unsuccessful attempts…)

    Lovely and somehow heartwrenching post…keep the good work coming : )

    Free aka blond ambition lol

    Ps: HAPPY FUC**ING NEW YEAR!!!!!
    Ps II: Nyc is and will always remain a wonderful city, and I love her to death
    Ps III: keep on checking kid fury’s YT chanel and The Game is coming back on air soon! Yeah Girrrrl *Tasha Mack voice

    Peace 3and have fun home in Paris

    • Free tu m’avais manqué. Merci pour ce com’ sans queue ni tête à l’image des journées new-yorkaise. Bonne année! The Game est tatoué sur mon avant bras. Tasha Mack est ma mentor. Bisou!

  9. Huuuuum…c’est vrai que ça fais réfléchir, je suis justement en plein dans ce dilemme: aller sur NY pour travailler comme une forcenée durant quelques années ou retourner vivre dons notre chère Paname (probablement en fin d’année) avec ses journées folles mais son lots de bonnes surprises OO’
    Au final il y a beaucoup de similitudes et j’espère de tout coeur faire les bons choix…la vie nous le dira probablement d’ici quelques années héhéhé
    J’aime une certaine facette des américains qui cherchent à vivre pleinement/passionnément même si au final leur mode de vie est contradictoire.
    Brefouillle je suis en train de m’enfoncer dans des monologues philosophiques sans fins LoL ( à mettre sur le compte dune envie irrésistible de manger un bonne baguette bien traditionnelle tout juste sortie du four)
    Thanks for such an interesting article
    bisouuuus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s